Chacun est le fruit de son histoire.

26 juillet 2008

Non classé

C’est parce que chacun est le fruit de son histoire qu’il est UNIQUE er qu’il doit rester tel qu’il est
utilisant ses capacités , son expèrience, son savoir afin d’avancer dans la vie de la meilleure façon pour son devenir en respectant l’ »autre » tel qu’il est lui aussi,avec son histoire personnelle.

OUI,un évènement particulier a marqué ma vie,même si je n’avais que 19 ans. quelque chose
d’imprévu et d’imprévisible dans une partie de notre « histoire de France » dont un des élèments n’est pas particulièrement glorieux.
J’etais chez mes parents à St Léger en Bray ,petit village de moins de 100 habitants ( dans l’Oise ) non loin de Beauvais.ce devait être le 30 août 1944…un début d’aprés midi…une équipe d’énergumènes armés déboule à la maison:  » Le contrôleur est là  » …. » oui,dit ma Mère « . Mon Père demande ce que veut le groupe d’individus porteur d’un brassard ( F.F.I. ). « Suivez nous sans discussion »…j’étais présent et me trouve moi aussi embarqué…sans rien comprendre mon Père et moi.
Ce groupe de « résistants de dernière heure s’était arrêté chez le meunier à l’entrés du village et avait demandé:  » Pas de collaborateur ici ?  » et le meunier de répondre  » Si le contrôleur « ,une façon de se venger d’étrangers au pays.C’est que pendant cette pèriode d’occupation allemande , Le Meunier
et d’autres paysans pratiquaient le marché noir « d’arrache pied  » et avaient toujours peur d’être inquiétés…bien à tord car mon Père en 30 années de fonction n’a dressé qu’un seul procés à un négocian en vin de Poitiers qui  » fabriquait artificiellement  » une partie de son vin.

Donc,nous voilà embarqués dans une camionnette,vers la prison se Beauvais….et nous voilà au  » trou » avec plusieurs centaines d’autres personnes.Sans brutalité cetes de la part des gardiens de prison mais avec toutes les étapes de l’écrou …..pas amusant,vous pouvez m’en croire.Je vous passe le détail….nous étions 60 dans une salle,pendant la journée avec,dans un coin,une « tinette » pour faire nos besoins à la vue de tous.REPAS: une gamelle de flotte avec 4 à 5
haricots et les intestins supportaient mal ce régime….
Moyenne d’âge: 65 ans environ…jusquà plus de 80 ans..j’étais le plus jeune…19 ans ! et
chacun de raconter son histoire…j’en conclus vite que la trés grande majorité n’avait rien à se reprocher et était victime de vengeance.
Le soir avant d’aller nous coucher sur des paillasses…jambes écartées, « cu au vent « 
 » toussez « …..

Une vingtaine de jours aprés, transfert dans un centre de « tri »…toujours pas de nouvelles de quiconque.Et, certaine matinée  » Dupuy Jean louis …suivez-nous ».Me voilà embarqué entre deux gendarmes,menottes aux poignets « …je puis vous dire que le froid de l’acier des menottes n’est
pas agréable….Nous n’avions pas fait 500 mètres qu’un autre gendarme arrive  » ramenez – le, il y à erreur » !!!!Ouf !Tout les détenus savaient que dans ce centre d’interrogation les sévices et tortures étaient de rigueur.

Quelques jours aprés,direction `Clermont de l’Oise vers un centre d’internement un ancien asile….40 km à pied..et je me trouve dans une chambrée de 40 personnes environ…toujours le plus
jeune ; Parmi les autres,tous anciens des anciens combattants de 1940 et 1914/18 dont nombreux
étaient ceux qui étaient décorés de la croix de guerre,de la médaille militaire…même de la
Légion d’Honneur.
Un nouveau gardien chef arrive….un Corse…il désigne des chefs de chambrée et pour la nôtre
un de nos compagnons « patron de bordel  » dans le civil.Pour tous,pas question…me voilà désigné
pour aller trouver le gardien chef et lui expliquer.Sa réponse  » comme vous voudrez,tu seras le
« chef de chambrée ».Me volià promu….mais tout se passa bien ,mes compagnons étaient respectueux de tous,et participaient sans rechigner aux divers travaux d’entretien…moi,je faisais la plonge …
Ma Mère pouvait venir nous voir,une fois par semaine .J’avais été désigné pour m’occuper de l’organisation des visites…..je lui demandais de me porter un livre d’anatomie-physiologie « ….
confisqué,le gardien chef n’y comprenait rien et ne voulait pas prendre de risques.

C’est là que j’ai vu des français torturer des français…au fond de notre chambrée était une pièce fermée dans laquelle on avait enfermé un de nos compagnons torturés…il avait sa tête deux fois plus grosse que réellement…les ongles arrachés .Je ne sais ce qu’il est devenu par la suite.Par contre je sais que chaque membre de la chambrée réservait un peu de sa nourriture pour la lui donner…et c’était moi qui étais chargé de la lui faire passer.Je n’avais pas charge d’âmes…..
J’avais réussi à crocheter la porte et je pouvais aussi lui nettoyer un peu la figure et les doigts de
la main abîmés…..

Et puis un jour,j’ai été appelé par un juge d’instruction…accompagné par un militaire fusil chargé sur l’épaule…..Le juge d’instruction a vite compris et vers la fin décembre: »permission « !
Pendant toute cette pèriode,mon Père était avec moi….et quelques jours aprés moi il a été libéré.
en rentrant il me dit  » Il te faut retourner à Clermont pour te faire libérer « .bien entendu tous
les trajets à pied,mais le coeur content.
Le 2 janvier j’avais un poste de Maître délégué au Centre de formation professionnelle des
métiers du cuir à la Ferté Milon .
Il me faut dire que mon Père à reçu ses arrièrés de solde ultèrieurement l’Etat considérant qu’il avait été arbitrairement arrête….en ce qui me concerne,rien car je n’avais pu prendre mon
premier poste !.

Je puis vous dire que j’ai tiré de cette partie de ma vie de nombreux enseignements sur le comportement des « hommes  » de ceux qui se disent tels mais ne sont que des  » bêtes à deux pattes ».Fraternité,respect de l’histoire des autres,sens des responsabilités,sens de l’honneur,
conscience qu’un homme peut « dans des circonstances exceptionnelles  » être un « loup » pour l’homme et réaliser des actes qu’il n’aurait pu imaginer.Nous en avons eu d’autres exemples pendant la « guerre d’Algérie ».
Féru d’histoire de cette époque,je sais qu’à la libération de nombreux crimes ont eu lieu,ainsi que des parodies de procés….Il est vrai aussi qu’en 1789 la révolution française à fait de belles choses,mais aussi fait tomber de trés nombreuses têtes.

Je suis certain que cette pèriode de ma vie a fortement marqué ma carrière de formateur.
Ces lignes vous l’auront fait comprendre. MERCI de les avoir lues.

À propos de vaisse

Prof. EPS à la retraite.-40 1/2 années d'enseignement comme formateur. Aprés- avoir enseigné au CREPS de Bordeaux de 1945 à 1963, Enseignement sportif en Gironde de 1963 à 1969 puis CTR prévention des accidents dans le monde du travail de 19690à 1975 ,enfin entraîneur National faisant fonction de DTN de 1975à i985 - 62 ans de vie associative dans des milieux " sportifs" en particulier dans des postes divers de membre de comité directeur à trésorier en passant par secrétaire régional et vice président national.

Voir tous les articles de vaisse

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

L'amour des tigres |
collectif-moita-verde |
citoyenprogressiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gratte-Ciel Info
| FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice