Problèmes de société et action professionnelle en éducation physique et sports
  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2008

PIERRE BARRON : UN HOMME D’EXCEPTION….viticulteur,musicien,fondateur de club,pédagogue…..
30 septembre, 2008, 17:21
Classé dans : Non classé

Certainement vous n’en avez jamais entendu parler et cependant il existe depuis 86 ans dans son village de LA BREDE en Gironde ( la partie de
Montesquieu). Fils de viticulteur,ayant quitté l’école aprés le certificat d’études primaires , avec mention TRES BIEN ( il était plus utile à la ferme familiale )…..son Père acvait étésportif durant son service militaire….escrimeur à Joinville.

Novateur,chercheur,créateur ,pédagogue eu service de la SANTE par la pratique de la Méthode Nature de Georges Hébert…artiste et sportif
pourrait-on rajouter….en quelque sorte,un homme  » complet ».
68 années de vie associative et civique .

Il est moniteur à la « Joyeuse  » de La Brède de 1940 à 1943.
Faisant preuve de civisme face à l’ennemi ( occupation allemande) il est déporté en allemagne pour avoir refuse le Service du Travail Obligatoire ( STO)
du 28 juin 1943 au 27 mars 1945.
Dés son retour de déportation il est Moniteur à l’ Union Sportive Brédoise de 1945 à 1947.
C’est aussi un sportif qui participe à des compétitions de cross country.
Cherchant la meilleure façon de s’entraîner,il lit les ouvrages de Georges Hébert sur la Méthode Naturelle d’Education Physique Virile et Morale.Cette
forme de pratique physique naturelle en plein air l’interpelle et il fonde en 1950 le CENTRE HEBERTISTE DE LA BREDE . CETTE CELLULE SPORTIVE DEVIENDRA TRÉS VITELE CENTRE PILOTE DE L’HEBERTISME RURAL EN FRANCE.Il préside le CHB jusqu’en 2006 puis laisse la Présidence du club à un de ses membres.Il en devient le Président d’Honneur…mais reste toujours actif en s’occupant des plus jeunes hébertistes.
C’est surtout de ce centre hébertiste que je vous parlerai dans la seconde partie de cet article.

Auparavant quelques lignes supplémentaires pour vous permettre de faire connaissance plus approfondie avec cet homme.

Sa profession: viticulteur,sylviculteur,arboriculteur….un des pionniers de l’agriculture biologique.
Il met sa propriété en culture biologique dés 1960…..et il est pris pour un excentrique…pour ne pas dire plus !
En 1969 il est co-fondateur du GROUPEMENT DES AGROBIOLOGISTES DU SUD OUEST en en est Vice Président jusqu’en 1985.actuellement il a passé la main à son fils , François , qui reste fidèle à viticulture biologique et produit un excellent vin de  » graves  » le Château Méric  » en blanc et rouge.

Trés tôt il s’intéresse à la musique – dés l’âge de 9 ans – et il devient un excellent joueur de Saxo-Alto en Mi bémol et de Clarinette en Si bémol .
Il joue dans deux harmonies et est chef d’orchestre de variétés ( l’Orchestre Pierre Barron ) de 1949 à 1970….il joue encore à l’âge de 86 ans.

Souhaitant apporter au Centre Hébertiste des connaissances et capacitès supplémentaires,il obtient:
– en 1960 le titre d’EDUCATEUR FEDERAL de l Fédération française d’Education Physique ( FFEP ) – titre équivalent à la Maîtrise d’éducation physique -
-en 1961 le Brevet d’Etat de Maître Nageur Sauveteur
– en 1965 le Brevet National de Secourisme ( carte N° 20 )

Ses compétences sont telles qu’il est sollicité par les Chercheurs en Education Physique pour participer à des colloques en 1955 , 2002 , 20054

Il invente et met en pratique un nouveau jeu de ballon : LE BALLON HEBERTISTE ( ball-barr) en1996.

Il publie dans diverses revues:
L’Education Physique , la Gymnastique Volontaire, le journal sportif l’athlète de 1950 à 1955 , Nature et Progrés, la revue de la Fédération Belge d’Education Physique par la Méthode Naturelle.

Il participe avec le CHB à deux films: – ETRE EN FORME , avec le Comité National contre l’Alcoolisme
– GEORGES HEBERT avecFR3

Il est co-auteur d’un ouvrage de 339 pages sue « LES PARCOURS EN ESPACE RESTREINT  » – EDUCATION PHYSIQUE – SPORTS – MÉTIERS -

SPORTIF,il le reste en devenant Champion de France du  » PARCOURS D’ENTRAINEMENT PHYSIQUE GENERAL  » de la FFEP



L’ECOLE MODERNE ( Célestin et Elise FREINET) …..UNE ECOLE DE VIE.
23 septembre, 2008, 16:59
Classé dans : Non classé

LESJOURNÉE DU PATRIMOINE organisées le dernier W.E à La Teste de Buch….en particulier une exposiion intitulée  » Il était une fois l’Ecole « ou étient rassemblées des documents sur l’Ecole en général,sur les écoles de la ville en particulier.
et un stand sur les techniques pédagogiques de ce que l’on nommait  » l’Ecole Moderne « ,celle préconisée par Célestin FREINET .Les documents exposés m’ont remis en mémoire quelques années de ma carrière professionnelle de 1954 à 196i.A cette époque,au CREPS de Bordeaux ou j’enseignais,nous reçevions des stages d’Instituteurs pour les inciter à pratiquer régulièrement l’Education Physique dans leurs classes. Stages trés riches ,en particulier pour le jeune formateur que j’étais,qui gardait un excellent souvenir de son instituteur ,celui qui l’amena au certificat d’études primaires en 1937: Mr LAGARDERE
C’est par l’intermédiaire de ces stages que je fis une plus ample connaissance de l’Ecole Moderne et de Célestin Freinet.en effet dans un de ces stages
figurait le délégué pour la Gironde de l’Ecole Moderne.Ma fille Marie France avait 4 ans et je m’occupais beaucoup d’elle : dessins , premier apprentissage de la lecture et de l’écriture et la pédagogie préconisée par C. Freinet m’intéressa beaucoup. Grâce à Mr HOURTIC ( le délégué de l’Ecole Moderne ) j’ai pendant plus de 6 années suivi régulièrement les réunions mensuelles des Instituteurs utilisant la pédagogie préconisée par C. Freinet:
Ne pas vouloir à tout prix  » faire boire un cheval qui n’a pas soif  » mais chercher à intéresser l’enfant en l’associant le plus possible à son apprentissage,
en multipliant ses centres d’intérêt,en exploitation au mieux les capacités de chacun, en cherchant à mettre en évidence ses capacités potentielles inconnues de lui et, au début du Maître. Utilisation des divers fichiers: lecture,mathématiques,sciences….. utilisation du texte libre et de son impression allant même
par les enfants du  » journal de l’Ecole  » et sa diffusion aux Parents et aux Amis…..
Les enfants s’intéressaient beaucoup à ce type d’enseignement ou tout était concret oun chacun d’eux pouvait se mettre en évidence et faire valoir ses capacités.
Je me souviens qu’un de mes frères,pas trés actif à l’Ecole me dit un dimanche ou j’allais voir mes parents  » Viens avec moi à l’Ecole,voir ce que nous fait faire notre Instituteur  »  » Mais c’est dimanche et l’Ecole est fermée « …. Oui,mais notre classe peut aller voir à l’Ecole pour y travailler quand nous le voulons »
Derechef,nous nou sommes dirigés dans cette classe et je me suis rendu compte,de suite,que cet instituteur utilisait les techniques de l’Ecole Moderne….et que
mon frère ( le 6ème de la famille ) devenait un bon élève.Malheureusement seul un Instituteur de l’Ecole travaillait selon cette pédagogie qui demande au Maître une grande disponibilité.
Autres exemples :

Certain jour un de mes collègues me dit « J’ai rendez vous avec un Instituteur , Secrétaire de Mairie,pour étudier un projet d’équipement sportif pour l’Ecole.Peux – tu venir avec moi ?  » J’accompagnais donc mon collègue et il se trouvait que cet Instituteur était Mr HOURTIC. Celui ci,aprés nous avoir salué nous dit  » venez dans mon bureau ,nous serons tranquilles…et aux enfants de la classe : occupez vous,la leçon de géographie est à écouter à la radio »
Mon collègue étonne
me pousse du coude et me dit  » quel bordel il va y avoir dans la classe ». Mais aprés notre discussion,retournant à la classe,mon collègue fut stupéfait.Les
enfants avaient écouté la leçon de géographie à la radio,inscrit le plan au tableau,puis chacun était allé s’occuper: qui aux fiches de sciences,de grammaire…
à la gravure de dessins….Possible encore aujourd’hui ? oui sans doute,des Instituteurs sont encore adeptes de la pédadogie Freinet.

Un autre jour,le regroupement mensuel des instituteurs le l’Ecole Moderne se déroulait en Lot et Garonne et un des élèves voulait parler des  » puces d’eau ».Pendant 15 jours il était allé regarder dans une mare la vie de cette population et le jour  » J  » il s’est installé à la place de son Instituteur et devant
près de 20 instituteurs assis sur les bancs de la classe a parlé des « puces d’eau  » pendant prés de 15 minutes….les enseignants présents ont beaucoup appris sur ce royaume de la mare.

J’ai reçu pendant plusieurs années les bulletins imprimés par les classes de la gironde utilisant cette pédagogie.J’en faisait un résumé,choisissant les meilleurs textes et dessins et chaque mois ,le Journal Sud Ouest me réservait 1/4 de page….et à  » radio gironde  » on lisait quelques poésies.

Oui,j’ai beaucoup appris de ces Instituteurs….j’ai même fait un stage au CREPS de Boulouris avec Célestin et Elise Freinet…ma fille Marie France âgée
de 7 ans y assistait.Je me souvient aussi d’une extraordinaire exposition d’enfants des écoles maternelles à une Assemblée Générale de l’Ecole Moderne….

Je puis dire que j’utilisais beaucoup cette forme de pédagogie active dans mon enseignement,plus particulièrement au cours de mes années de Conseiller Régional d’Education Physique Utilitaire et professionnele et d’Entraîneur national à la FFEPGV ( voir les articles consacrés à ces deux pèriodes…
aussi à celle de l’AGAPA ).



AssociatioN GIRONDINE DES AMIS DU PLEIN AIR…..une affaire de pionniers …..fin
18 septembre, 2008, 17:05
Classé dans : Non classé

L’AGAPA fonctionnait bien , sans difficultés au point de vue technique et encadrement. Elle avait cependant un point faible : LES FINANCES.

Sur le plan financier,nous dépendions des subventions du Ministère de la Jeunesse et des Sports car, sauf les stages ,les activités étaient gratuites en
journée et W.E. Concernant les stages , j’en fixais la participation de maniére à  couvrir les frais réels seulement,de manière a rendre cette activité accessible à  tous ….le but de l’association. Il suffisait que la Jeunesse et Sports ne nous aide plus et nous étions en difficulté car il fallait couvrir les frais généraux tels: entretien du matériel,électricité,salaire du cuisinier………
Nous avions acheté le 1000 Lanaverre et nous étions endettés de 50000 francs de l’époque , le constructeur nous avait donné liberté pour le remboursement.L’assistant Départemental Plein air de la Gironde,qui avait été à l’initiative de la création de l’AGAPA s’étiait entendu avec l’ Union des
Centres de Plein Air ( UCPA ) pour que l’AGAPA passe sous le contrôle de l’UCPA……
et pour que cela se réalise avait agi pour que l’AGAPA ne reçoive pas de subvention…..ET NOUS VOILA EN DIFFICULTE FINANCIERE AVEC UNE DETTE
QUE NOUS NE POUVIONS PAS REMBOURSER. NOUS AVONS ETE dans l’obligation d’accepter la reprise de l’AGAPA par l’UCPA , décision prise aprés
plusieurs réunions .Dissolution de l’AGAPA , ses biens passant à  l’UCPA qui pour 50 000, frs récuppérait les bateaux de l’AGAPA : prés de 100 dériveurs légers, 2 corsaires, un 5m6o ( avec 2 couchettes),un 630 avec 4 couchettes,une balainière venant du Centre nautique de Socoa …et le 1000 Lanaverre
ainsi que les installations techniques de la base de Bombannes et du Centre d’initiation à la croisière de Pauillac.

QUELLE EXCELLENTE AFFAIRE.
NOUS SOMMES RESTES EN RAPPORT AVEC L’UCPA pour la gestion des jeudis scolaires de voile en particulier.

Celui qui avait arrangÉ le dissolution de l’AGAPA dans l’UCPA….devint Directeur de l’Ecole Nationale de Voile …….

Concernant la base de Bombannes passée à l’UCPA , nous n’avons pas pu en prendre la direction et en avons été trés affectés.

La belle action de pionniers était terminée….quel dommage ! mais quelle exèrience humaine riche en action et émotions….quelle expèrience pédagogique également.

Mon action en matière d’enseignement de la voile ne s’est pas arrêtée là….En 1967 je dirigéais le premier stage de préparation au Brevet d’Etat de Voile.PARTICULARITE: je passais l’examen en même temps que mes stagiaires…c’était le premier organisé en France.
Et dans le jury présidé parle Conseiller technique régional de voile….il n’y avait que des dirigeants de clubs de voile !!
Par la suite,je participais à plusieurs jury du Brevet d’Etat de Moniteur de Voile….et j’étais le seul ;membre du jury titulaire de ce brevet.

Je ne regrette nullement d’avoir passé tant de temps à l’animation de l’AGAPA …trésorerie,direction de Centre, enseignement de la voile …..
J’en suis sorti plus  » riche  » d’expèrience humaine….et je continuais à pratiquer la voile jusqu’à 78 ans, participant avec mon fils PIERRE à ces compètitions sur sur les trimarans qu’il a construit ( je l’ai aidé dans ces constructions) en particulier en Bretagne .



ASSOCIATION GIRONDINE DES AMIS DU PLEIN AIR…..une affaire de pionniers suite
5 septembre, 2008, 18:43
Classé dans : Non classé

L’association trouva un site d’implantation sur l’étang de Carcans à  Maubuisson,sur unn ancien site de recherche de pétrole.Une plateforme en ciment était restée sur laquelle on implanta un bâtiment pour la cuisine et une salle de cours.Réfectoire et couchage sous tentes .
Plus tard un autre bâtiment fut construit pour des locaux administratifs et le restaurant.

Le centre nautique fonctionnait de Mars à fin octobre en W.E. et en stages pendant les vacances scolaires.
Il était ouvert aux jeunes ,principalement,mais aussi aux adultes. Dés l’année 1964 des journées étaient organisées pour les jeunes en difficulté,à l’initiative de Denis Gérards qui à  la DDJS avait pris la place de Max Gombert .Dés cette date,il recevait égalements les sortants desécoles normales d’instituteurs à  la croisière…. mais aussi le stage de rentrée des élèves professeurs du CREPS (1° année de la seconde parttie du professorat d’EPS )

A partir de 1963 les scolaires virent se joindre le Jeudi aprés midi aux autres jeunes,pendant le temps consacré à  l’association sportive scolaire
( ASSU) puis aux  des Etudiants.

Grâce à  la Jeunesse et aux sports les 4 bateaux d’origine se complétérent pas 2 caravelles…grâce au constructeur La Naverre par des 420 au constructeur Morin par des mousses.On trouvait aussi un 505,un caneton puis des argonautes venant se Socoa ( annexe de voile du CREPS ou j’enseignais ).
En 1956 le parc des bateaux avoisinait le nombre de 60 et permettait l’organisation de deux stages en même temps pendant les vacances.

J’assurais la direction de la base alternativement avec Jean Vergnoles,le président de l’association. Nous avons rapidement trouvé un encadrement pour l’enseignement auprés d’adultes sachant naviguer ou d’étudiants.

A partir de I963,grâce àJean Dubernet,une annexe de l’AGAPA s’ouvre sur le bassin d’Arcahon au Pyla (commune de Teste de Buch.Elle fontionne avec des 2 Corsaires ( don de la maison Morin ) un 5m20 ( don de la maisonLA Naverre ) et un autre bateau avec moteur ( 5m60 ) acheté la DDJS .Cette annexe fonctionne le jeudi avec les scolaires et en journées ou en W.E. de pâques à mi juin.

Grâce à Paul Rey,une autre base annexe pour l’initiation à la croisière se met en place à Pauillac,sur la Gironde.Le Maire de Pauillac fait construire un
bâtiment et fait mettre en plaace des mouillages pour nos bateaux….qui sont ceux du Pyla que nous ramenons à Pauillac fin juin. je délaisse plus ou moins la base de Maubuisson pour m’occuper de stages d’initiation à la croisière ,à partir de 1964.
Outre les stages nous participions à des régates sur la Gironde organisées par le Cercle de la voile de Bordeaux: Pauillac-blaye ,Pauillac – Libourne – Bordeaux Royan…..
Les stages se déroulaient sur deux semaines,nous conduisans vers Blaye,Bordeaux,Royan,le phare de Cordouan,Bonne Anse et BXA la bouée d’attérage des navires remontant jusqu’à Bordeaux avec des pilotes.
Pour compléter les possibilités d’initiation à la croisière et envisager le perfectionnement un 1000 Lanaverre fut acheté (quillard de 10 mètres avec 6 couchettes )

Que de temps passé à l’AGAPA, tant sur la base de Maubuisson que sur lezs annexe du Pyla et de Pauillac.
Et quelle expèrience humaine,car nous étions des « pionniers » et à ce  » titre  » les bénévoles sont trés engagés,trés coopératifs,ne comptant pas leur temps,
ni leur argent.Je me souviens des réunions annuelles de fin de saison,avec un repas amical pour terminer.Une chaude ambiance,une réflexion sur la saison,
pour y rechercher les point faibles et les points forts de la saison,les progrès à faire,le bilan financier,les projets pour l’année à venir . LE représentant de la Jeunesse et des Sports disant invariablement  » je dispose de X francs que je puis répartir parmi les cadres ayant encadré les activités de la saison .Comment fait-on ?  » La réponse était  » Nous n’avons que faire de « ton » argent….achetons 1 ou 2 bateaux ou un moteur neuf ce sera plus utile pour l’association  »

EST – CE PENSABLE AUJOURD’HUI ???? TOUS VOULAIENT RESTER DES BÉNÉVOLES.

C’est là que mes enfants apprirent à naviguer,ainsi que mon Epouse. Marie France ( l’aînée )en dériveur léger sur le Tamise au cours d ‘un de ses séjours en grande Bretagne.Pierre construisit plus tard trois multicoques ( trimarans) créa un club de voile à Talence…fut champion de France et d’Europe en multicoques – micro , en formule 28 et participa sur un catamaran 50 pieds à deux transat Jacques VABRE

à suivre



L’ASSOCIATION GIRONDINE DES AMIS DU PLEIN AIR….1958 – 1966..une affaire de pionniers
2 septembre, 2008, 17:47
Classé dans : Non classé

Le terme  » pionnier  » est ici à retenir dans le sens de :  » qui ouvre la voie… au progrés….le progrés étant : mettre l’initiation de la voile à la portée de tous.

Nous étions en 1957.Pendant les vacances d’été je m’occupais d’une  » école de voile  » au terrain de camping de Maubuisson ( gironde ) sur l’étang de Carcans .Je répondais à la demande de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports de la Gironde,le responsable du Plein Air étant Max GOMBERT.
Le Cercle de la Voile de Bordeaux avait mis deux  » vauriens  » à la disposition de la DDJS.Ils étaient utilisés en W.E. pendant l’année 1957 par le collège technique du Vigean pour les internes,sous l’impulsion du Surveillant Général Jean VERGNOLLES.L’idée etait de permettre l’initiation des jeunes campeurs à la voile (dériveur léger ).
Cette été 1957 , la DDJS avait acheté deux  » vauriens « …nous avions donc 4 bateaux.Je donnais mon accord pour m’occuper de cette action sportive sur le terrain de camping à condition que soit acheté un bateau de sécurité et des gilets de sécurité…les vauriens chaviraient assez souvent pendant l’initiation et
ayant trés peu de flottaison,il fallait aprés les avoir redressés , les vider avec un seau…..Trés à cheval sur les problèmes de sécurité,l’initiation ne pouvait être faite que pour des jeunes sachant nager. Je donnais donc,quelques leçons de natation.
BIEN ENTENDU , L’INITIATION A LA VOILE ET A LA NATATION ETAIT GRATUITE. Fonctionnement en juillet et août.

Trés rapidement le plein fut fait,compte tenu de nos 4 bateaux ( sur lesquels on montait par 3 ) et du seul initiateur que j’étais.

Mon souci était d’initier de telle façon que les jeunes barreurs soient capables de naviguer ( même par temps moyen …vent de force 3 à 4 ) ,de redresser un bateau qui avait chaviré ,de le ramener à terre pour le vider complètement …et de barrer sans gouvernail,afin de pouvoir ramener le bateau en cas de casse de la barre
Les jeunes progressaient trés vite….aprés 4 à 5 séances d’initiation,il était possible de leur confier un bateau .Quelques adultes ( parents ) s’étaient joints au groupe
A la fin du premier mois d’initiation,nous pouvions partir en groupe pour traverser le lac dans sa longueur ( 18 km ) et même de faire des sorties de nuit.
Aujourd’hui , avec les règles imposées , ce ne serait pas possible .

Pourtant,pendant 3 étés , nous avons continué à animer ce terrain de camping et effectué de nombreuses sorties collectives , de jour et de nuit ….
un de mes collèves venant avec son club depuis Lacanau,nous étions 30 voiliers sur l’eau !!

Le 3°été ,les jeunes s’organisaient seuls, pour préparer les bordées et les sorties….les meilleurs prenant en charge la sécurité.C’était possible parce
que les jeunes formés l’étaient dans l’esprit d’être capables d’assurer leur sécurité et celle de leurs camarades sur l’eau….un état  » d’esprit à créer « :
ETRE RESPONSABLE….RESPECTER LES CONSIGNES DE SECURITE.

1958 vit Maurice HERZOG prendre la responsabilité de Commissaire à le Jeunesse et aux Sports .Il souhaitait développer les activités de pleine
nature, le Voile en particulier.Il convenait donc que la DDJS ( Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports ) de la Gironde mette en place une association pour engager cette action.
Max GOMBERT regroupa un soir de 1958 Jean VERGNOLLES ( surveillant du CET du Vigean,Jean Louis DUPUY et Raymond DINETY enseig,ants au CREPS de Talence et Jean LEGRAND du Cercle de voile de Lacanau . But: créer une association pour développer l’initiation à la Voile et en gérer le financement.
Jean LEGRAND proposa le titre de ASSOCIATION GIRONDINE DES AMIS DU PLEIN AIR ( AGAPA ).

L’association était crée:Président: Jean Vergnolles
Trésorier: Jean Louis DUPUY
Secrétaire: Max Gombert
Objet del’Association: promouvoir l’initiation à la voile sportive et de croisière.
Mettre en place une base nautique à cet effet pour que l’initiation soit assurée en stages de W.E. et de longue durée ( 2 semaines
durant les vacances de Pâques et d’Eté .
Trouver les placements du’une base d’initiation au dériveur léger et une d’initiation à le croisière
Rechercher les cadres nécessaires à cette action
Impliquer les constructeurs nautiques de la région ( La Naverre et Morin ) à cette époque.
Rechercher le financement indispensable ( auprés de la Jeunesse et des Sports ),les constructeurs fournissant les bateaux gratuitement ).

L’initiation devait être gratuite ( en journée et en W.E. ) les stages payants ( au meilleur coût ) …soit seulement celui de l’hèbergement et de la nourriture.

Paul REY (technicien météorologique et ancien marin ) vint rejoindre le groupe et eut une action prépondérante dans la mise en place le l’ècole d’initiation de croisière à Pauillac ,sur la Gironde.
Denis Gérards venant ensuite remplacer Max Gombert en 1963

L’A.G.A.P.A. devenait le première base de cette nature aprés l’Ecole des Glénans en Bretagne.

A l’époque , c’était effectivement , une action de poinniers et l’engagement de tous les cadres bénévoles de l’AGAPA fut de  » premier ordre « …;il fallait non seulement donner son temps,mais aussi se rendre par ses propres moyens sur la base à ( 60 km de Bordeaux )…frais non payés bien entendu.
A aucun moment nous n’avons eu de problèmes de recrutement pour trouver les cadres nécessaires

A SUIVRE……


L'amour des tigres |
collectif-moita-verde |
citoyenprogressiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gratte-Ciel Info
| FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice