Problèmes de société et action professionnelle en éducation physique et sports
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2008

Kléber DUPUY vainqueur de SOUVILLE ……. suite 1
25 novembre, 2008, 18:33
Classé dans : Non classé

Journal LA FRANCE 25 fév. 1962

Il y a 46 ans VERDUN…un bordelais et 60 hommes ont sauvé SOUVILLE , dernier
bastion de la ville martyre?
« ….SOUVILLE ,l’épopée du Fort de SOUVILLE,moins connue que celle de VAUX, à ,
peut être plus d’importance . C’est l’instant même ou bascule toute la bataille.C’est le pendant de DOUMONT , un fort vide de combattants , mais , cette fois , s’accroche ,
désespérement , une troupe d’hommes si réduite qu’on pourrait les nommer l’un aprés
l’autre.Et , là encore , la décision n’a pas appartenu aux grands chefs ,mais aux simples acteurs , aux hommes du lieutenant Kléber DUPUY. ……. »

Qui était Kléber DUPUY ?

Un jeune Instituteur né à La Teste de Buch ( sur le bassin d’arcachon ) le 28 juin 1892 à 8 heures du matin….fils d’Ostréiculteurs ( de parqueurs disait on à l’époque )
de Louis DUPUY et Catherine MERIC…..
joueur de Rugby à l’A.S. Testerine

Il m’écrivait le 24 août 1966 , alors que je luis avais envoyé une fleur des champs
cueillie sur les ruines du Fort de Souville lors d’une visite des champs de bataille avec mes enfants :  » Oui,le fort de Souville m’appartient moralement pour l’avoir arraché des mains de l’ennemi qui l’avait atteint jusqu’à son sommet et ce fut la fin de la bataille défensive de Verdun.La Famille solidaire du chef encore vivant peut être fière d’un exploit dont les conséquences resteront historiques  »
Quand on lui disait qu’il était un héros, il répondait  » Nous étions 60….je n’étais que l’un d’eux

Blessé à la bataille de LA MAENE , le 07 septembre 1914 Kléber DUPUY luttait
contre l’ennemi dans la 3° compagnie du 7° régiment d’Infanterie.
Et ce fut la bataille de VERDUN ou s’illustra Kléber DUPUY in instituteur  » pacifique » dit l’historien Louis CADARS
Le 11 juillet les Allemands attaquent…à 4h30 aprés un bombardement effroyable avec des obus de 380-420 et l’utilisation de gaz,sur un front de moins de 4 km un corps d’armée d’élite fonce sur Verdun.L’ordre est de percer à tout prix….les français contiennent difficilement la ruée….
La 3° Cie du 7* R.I. avait reçu à l’aube du 11 juillet ( 1916) l’ordre de se rendre aux Carrières….mais bien avant d’y parvenir elle ne comptait déjà plus que 60 hommes sur 200 et 2 officiers.Le capitaine , intoxiqué , avait passé le commandant de la compagnie au lieutenant Kléber DUPUY , l’autre officier était le sous lieutenant d’ORGEMONT.
En passant devant SOUVILLE,un sergent de la garnison du fort s’avance b$vers le lieutenant kléber DUPUY et lui dit :  » Mon lieutenant , venez voir ce qui se passe , le fort est fichu… »
Le fort tenu par des « territoriaux » commandé par un lieutenant blessé de guerre
était dans l’impossibilité de se défendre les officiers et les hommes blessés et plus ou moins gazés …un seul valide le sergent qui alette kléber DUPUY .
Kléber DUPUY voit et instanément décide:
 » Souville le 11 juillet 6h du matin.Le capitaine SOUCARRE intoxiqué m’a passé le commanfdement de la Compagnie, en me donnant l’ordre de me rendre aux CARRIERES.
« Aprés avoir franchi de nombreux barrages et des nappes de gaz asphyxiants nous
avons atteint péniblement SOUVILLE . Içi tout est bouleversé.Le commandant du fort est intoxiqué , la garnison est hors de combat.
SAUF ORDRE CONTRAIRE , JE RESTE AU FPRT ET J’EN ASSURE LA DÉFENSE « .
SIGNÉ : DUPUY

AVEC SES 60 hommes et quelques territoriaux capables de tenir un arme, le lieutenant DUPUY organise la défense …..
Le 12 vers 06 heures, les allemands arrivent et atteignant la superstructure du fort
….les hommes de DUPUY ouvrent le feu contre attaquant…..
A 11 heures, l’action était terminée et le « nettoyage » de SOUVILLE réalisé.De
l’héroïque compagnie il ne restait que 15 hommes,15 spectres…..
 » Ils n’étaient pas passés  »
La bataille défensive de VERDUN était terminée ……

Le dr DELONancien Mèdeci,-Major au 7° R.I. écrit dans une plaquette sur ce régiment :
 » Bien souvent,le souvenir de l’héroïque défense de SOUVILLE m’a remémoré la définition que PLATON a donnée du courage 397 ans avant J.C : Le courage c’est la
sagesse devant le danger.
La sagesse nous la trouvons dans tous les actes de DUPUY:
rapidité de décision
organisation méthodique et immédiate
maîtrise et pondération remarquables,ne laissant aucun déail lui échapper

« si moins prévoyant,moins maître de lui,moins observateur le lieutenant DUPUY était parti entraînant ses 60 hommes devant la vague d’assaut des Allemands ils auraient été tués, Souville pris et , aprés SOUVILLE les hordes germaniques eussent dévalées sur VERDUN qui se trouve à 1 km 500 du fort . »

Le sacrifice n’avait pas été vain.

Kléber DUPUY pourvuivit sa route avec la 3° Cie du 7° R.I. jusqu’au 31 mai i918,
sur le Cmemin de Dames , à Vilers-Cotterets , ou il fut grièvement blessé, laissé pour mort…et amputé d’une jambe.

a suivre



Kléber DUPUY vainqueur de SOUVILLE
22 novembre, 2008, 16:27
Classé dans : Non classé

Je l’ai écrit  » chacun est le fruit de son histoire « …..et dans la mienne fugure la pèriode le la guerre 1914-1918 .

Pourquoi ?

Enfant j’ai toujours entendu , par ma Grand Mère paternelle en particulier ,parler de cette épreuve vécue par la France et les pays engagés dans la guerre 1914 – 1918 ,la
pèriode de Verdun en particulier. Son fils aîné , Kléber , s’y était particulièrement illustré et avait été blessé par deux fois….
Mais mon Grand Père maternel avait aussi participé à cette guerre….Toussaint VAISSE….avec un rôle patticulier: nettoyeur de tranchées…soit couteau entre les dents aller tuer les sentinelles ennemies…il faut de l’inconscience au delà de la peur a vaincre ,
et ces nettoyeurs de tranchées partaient drogués par l’alcool…et quand ils rentraient dans leur foyer la guerr
e terminée , ils étaient pour la grande majorité alccoliques!!!
Kléber était jeune instituteur, Toussaint était maçon.

Je me suis marié avec une jeune fille dont le Père avait aussi combattu pendant cette guerre avait été gazé….Jean Eugène GRAMOND …..agriculteur.
Agriculteur ( paysan disait-on à l’époque ) aussi était l’oncle maternel de mon épouse
combattant de 14/18 et de 39/45…..décoré de la Légion d’honneur pour son action en 14/18 …..décoré à l’âge de çè ans !!!!! mieux vaut tard que jamais dit le proverbe.

Ce sont ceux là , les anonymes qui ont défendu leur Patrie et la Liberté….oui  » LA
GLOIRE APPARTIENT A LA TROUPE  » COMME L’ÉCRIVAIT L’HISTORIEN Henry BORDEAUX.

Ce 11 Novembre 2008 on a parlé beaucoup de la fin de ces combats…ce qui m’a donné l’envie de vous parler de KLEBER DUPUY .
L’historien Louis CADAR écrit:
 » Si Verdun est resté la Cité inviolée au rayonnement universel,C’EST AU LIEUTENANT KLEBER DUPUY QU’ON LE DOIT,CAR SANS LUI VERDUN SERAIT LE NOM D’UNE AFFREUSE DEFAITE FRANCAISE ET GUILLAUME II AURAIT PASSE SA GRANDE REVUE SUR LA PLACE D’ARMES COMME LE KRONPRINZ L’AVAIT PROMIS AVANT L’ATTAQUE  »
Oui , le général Pétain avait proclamé  » Ils ne passeront pas  » et c’est Kléber
DUPUY , à la tête de la 3° compagnie du 7° R.I. qui s’est chargé sur le terrain de signifier cet ordre impératif.
Nous avions pu perdre Doumont,Vaux….mais SOUVILLE c’était le dernier barrage
.Avec lui serait tombé notre dernier espoir.

 » Ils partirent 200…il n’en restait plus que 60 en arrivant au fort eu un officier ( le lieutenant Kléber DUPUY )…il n’en restait plus que 45 quinze spectres à l’issue du combat  »
 » A Kléber DPUUY ce paladin de la Grande Guerre qui tira le verrou sur Verdun et fut le vainqueur de Souville  »

Dans l’ouvrage  » VERDUN  » Jacques Henry LEFEBRE écrit en 1960
« …..car si le 12 au matin le Lieutenant DUPUY et ses 60 poilus anonymes,plus méritants encore , selon nous , que Léonidas et ses 300 spartiates ne s’étaient crqamponnés aux ruines du Fort de Souville – modernes Thermopyles – pour en interdire aux Perses de ce temps là , rien n’aurait pu empêcher le lendemain le
défilè triomphal des vainqueurs sur le place d’armes de VERDUN…..  » ceci dit en passant ,nous nous étonnaons que des noms comme celui de lieutenant Kléber DUPUY n’aient pas été mis dans les manuels d’histoire scolaire , à côté de ceux du tambour BARRA et du chevalier d’ASSAS …… »

Georges BLOND écrit en 1961 dans son ouvrage  » VERDUN…BALCON SUR L’ENFER  »

 » Sauf ordre contraire,je reste au fort et j’en assure la dédense  » Kléber DUPUY
11 juillet 1916
…..on est frappé de voir comment le Lieutenant Kléber DUPUY voit et décide….
il n’est pas sans intérêt de noter dés maintenant que si le lieutenant Kléber DUPUY , n’avait pas pour commencer;pris sur lui d’assumer la défense du Fort au lieu de continues vers les Carrières,le fort de SOUVILLE serait resté ce qu’il était : en fait un
cadavre de fortifications inutiles…. »
à suivre



Les Mythes Railleurs ….. suite
19 novembre, 2008, 15:37
Classé dans : Non classé

Vous l’avez compris , cette promotion de l’E.P.S. de Beauvais s’entendait fort bien pour revendiquer une certaine autonomie,Le directeur de l’établissement était sévère mais compréhensif et les Professeurs eux aussi étaient disposés à tenir compte de la personnalité de ce groupe d’élèves.

Je me souviens de quelques uns de ces Professeurs pour lesquels nous avions confiance et respect , même si parfois il nous arrivait de réagir avec fermeté face à eux.

Un Professeur de sciences ( dont je ne me souviens plus le nom ) nous avait alerté sur les problèmes se sécurité , en particulier en nous enseignant les techniques de respiration artificielle manuelle ( théorie et pratique ).Quelques mois aprés ces séances j’ai eu l’occasion de mettre en pratique cet enseignement. A l’issue d’une compétition de cross, dans les vestiaires , un de mes camarades est tombé en syncope….j’ai réussi à le
réanimer aprés 2 à 3 minutes de respiration artificielle manuelle….je m’en souviens encore ! émotion et satisfaction….toute ma carrière professionnelle et ma vie associative, j’ai mis à mon programme les problèmes de sécurité , faisant appel aux spécialistes de la faculté de mèdecine préventive et à la protection routière.
Ce même Professeur était chargé de nous enseigner un programme d’agriculture , obligatoire pendant les années d’occupation.un problème à résoudre était celui de la pratique….. notre Professeur nous donne rendez vous , un samedi aprés midi dans
l’endroit ou était son jardin potager….et nons demande d’en bêcher une partie….puis
nous faisant confiance , repart chez lui. Une approche qui était loin de nous satisfaire,
car nous avions chez nous ce même type de « corvée »…discussion et décision  » nous allons bêcher tout le jardin, tant pis pour ce qui est en production « . Ce qui était dit fut fait ! La tête de notre Professeur nous l’imaginions….sa réaction pas du tout.
En effet, il ne nous en parla pas et terminés les cours pratiques…..il avait compris
que nous n’avions pas accepté de travailler pour lui , sans en avoir discuté au préalable
avec le groupe.
Qu’en pensez vous ? notre groupe a été plus attentif encore à son enseignement !!!

Nous avions aussi un Rofesseur de Français , Mr FAUROUX , qui nous plaisait
beaucoup , mais était trés étourdi. certain jour il arrive en cours et nous annonce :
 » Je puis vous rendre le compte rendu de votre dissertation de la semaine dernière,car
je ne sais pas ou j’ai rangé vos copies « ….et de nous donner un sujet pour la semaine suivante.
Discussion au niveau du groupe et décision de réaliser le travail demandé,de le donner à notre
chef de promotion , GODICHET .Pas question de rendre les copies au Professeur tant qu’il ne nous aura pas rendues les copies perdues…Le manège dura plus de trois semaines…..Mr FAUROUX ne voyait pas le travail demandé lui être rendu mais il continuait à nous donner des sujets de dissertation . Certain jour de cours de
français il arrive tout joyeux , un paquet de copies à la main et nous dit  » Je savais
bien que ce jour arriverait….vos copies étaient tombées derrière le cosy….elles sont corrigées  » et de nous en donner le compte rendu…;à la suite de quoi, GODICHET se lève , va vers le Professeur un gros paquet à la main et lui dit  » Voilà le travail demandé depuis plusieurs semaines,nous avons tous fait les dissertations demandées »
Et
Mr FAUROUX de dire  » Ah les salauds ! Je savais bien que quelque chse m’était caché….mais quoi ? Je vous rendrai le tout corrigé la semaine prochaine  » ….ce qui
fut fait et Mr FAUROUX ne perdit plus une seule de nos copies !!!!

Mr FAUROUX était en liaison avec des  » résistants  » et les Allemands se posaient des questions à son sujet…..si bien qu’un jour j’ai été appelé avec une de mes camarades de la promotion au-dessus de la nôtre.

 » Votre Professeur de Français risque d’avoir des problèmes avec les Allemands.
Voudriez vous rédiger un texte dans lequel vous donnerez votre avis sur son enseignement et indiquerez que , jamais , il n’est question de politique dans son
enseignement  » . Bien entendu nous avons rédigé notre ettestation, sans nous concerter afin de ne pas nous influencer….et Mr FAUROUX n’ a pas été inquiété.
Sur demande de ma soeur en 1944 ,il a bien voulu me rendre  » la pareille » lors de mon problème à la Libération ( voir l’article 37 intitulé  » chacun est le fruit de son histoire  » )

J’ai revu dans les années 50 le professeur d’histoire ( une dame ) et eu contact avec le professeur de mathématiques uii était dirigeant du groupement des campeurs
universitaires ‘ G.C.U. ).

Mes camarades de la promotion ont payé un lourd tribut à la guerre 39-45 :

GODICHET , tué par un allemand qu’il voulait arrêter à la libération de Beauvais.
Guy Vatin et Maurice LECOINTRE ont été attaqués par un chasseur Anglais,mitraillés alors qu’ils rentraient , en vélo , chez eux. Guy a été tué et
Maurice Blessé.

C’est souvent que je pense à eux….plus de 66 ana aprés les avoir connus et je
sais que cette promotion et cette Ecole Primaire Supèrieure de Beauvais ont fortement
marqué ma personnalité ….Je leur doit beaucoup et c’est sans doute pour cela que
ces souvenirs sont présents à ma mémoire et que je souhaite leur rendre hommage.

peut être une suite ?



Les Mythes Railleurs
13 novembre, 2008, 19:13
Classé dans : Non classé

Me voici de retour……
Mon blog est toujours suivient ceux qui me lisent aimeraient peut être mieux connaître
les diverses péripéties de ma vie…celles qui ont contribué à faire ce que j’ai été pendant ma vie professionnelle et de retraité.
au hasard ,sans liens particuliers les uns avec les autres,sans hiérarchie,sans suite dans les diverses pèriodes…..

Les « mythes railleurs « ….une promotion de Brevet supèrieur à l’Ecole Primaire Supèrieure de Beauvais de 1942 et aprés.
Une vingtaine de garçons et filles ( plus de garçons que de filles )….ne souhaitant pas  » s’en laisser compter » , désirant le maximum de liberté tout en respectant les règles essentielles de vie de l’Ecole.
Un directeur , Monsieur BOIBESSEAU , exigeant mais compréhensif et désireux de respecter au mieux la volonté  » d’indépendance  » des promotions…d’autant qu’elle ne
se manifestait guère.

Donc notre promotion avait décidé de se diriger avec l’indépendance maxima,permise par le règlement.
Donc, choix d’un responsable de classe….GODICHET, un gaillard solide, a lunettes ,
courtois, bon élève, désigné par ses camarades…
Choix d’un nom  » de promotion  » Les Mythes Railleurs « .

Première décision: Ne plus participer aux études lorsqu’un Professeur était absent ,
ou lorsqu’il y avait un trou dans l’emploi du temps.
Désigné par le groupe je vais voir Mr BOIBESSEAU et lui dit notre désir,lui précisant
le nom de notre responsable démocratiquement désigné et notre nom de promotion.
Mr. Boibesseau étonne,me regarde en frisant sa moustache me demande la raison
…. »nous sommes assez grands pour travailler seuls et nous aurons plus de facilité à
travailler ….  » Réponse aprés un long temps de réflexion :  » C’est entendu , mais
GODICHET est responsable du groupe,personne ne doit être absent de l’étude…et je
vérifierai moi même « .

Deuxième décision : Ne plus accepter le Professeur d’ Education Physique,trop souvent absent, et exiger le respect des horaires d’éducation physique prévu par la
Jeunesse et les sports.
Dans notre promotion,j’étais le seul a posséder le  » Degré Elémentaire d’ E.P.S. « .
Avec l’accord de mas camarades,je vais voir le Directeur Départemental de la Jeunesse et des Sport et lui fait part de notre désir de voir le respect des horaires.
Puis,quelques jours aprés, je vais voir Mr BOIBESSEAU et lui dit que nous ne voulons
plus le Professeur d’EPS trop souvent absent.
Je commence à reçevoir un  » savon  » pour être allé voir le Directeur
Départemental de la Jeunesse des Sports….je n’ai pas fait confiance au Directeur….
c’est une chose qui ne se fait pas, car lui nous fait confiance …..
Me voilà  » profil bas  » m’excusant et remerçiant au nom de la classe…..
Mr BOIBESSEAU me demande  » Et qui fera la séance d’éducation physique ?  »
 » C’est moi,Mr le Directeur,vous savez que j’ai passé le Degré Elémentaire d’EPS, et
la promotion est d’accord  » ….. hésitation puis  » Entendu ,mais d’il manque un seul élève une fois , je vous mets tous à la porte « .
Donc pendant toute la fin de l’année scolaire , il n’a jamais manque un de nousà la séance d’EPS.

Mais au fait , pourquoi c’est moi et non le Chef de classe qui allait voir le Directeur ……C’est GODICHET qui décidait , et j’avais été désigné par Le Directeur pour assurer
la distribution des biscuits vitaminés à plusieurs classes…..donc,le Directeur me faisait confiance , car il n’y avait jamais eu de réclamations pour cette distribution….

Quelques autres anecdotes suivront ….. à bientôt.


L'amour des tigres |
collectif-moita-verde |
citoyenprogressiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gratte-Ciel Info
| FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice