Problèmes de société et action professionnelle en éducation physique et sports
  • Accueil
  • > Archives pour février 2009

L’Etat employeur et sa politique de  » Gribouille « !
25 février, 2009, 15:53
Classé dans : Non classé

l’etat employeur , par ses politiques , demande aux entreprises privées de rémunérer leurs employés en fonction de leurs compétences et de leur travail…..voilà qui semble parfait sauf que , lui même est loin de respecter ces règles et exploite tant qu’il le peut ses Agents
(salariés de l’ etat et des Collectivités Locales )

J’en connais un exemple parfait vécu personnellement durant 37 ans de ma carrière.

Je veux parler des Enseignants d’Education Physique et Sportive , recrutés sur concours ….pendant trés longtemps on distinguait les Professeurs d’E.P.S. ( 4 ans d’études) avec leurs 20 heures d’eneignement hebdomadaire et les Maîtres d’Education Physique et Sportive
2 ans d’études ) et leurs 25 heures d’enseignement hebdomadaire ….et bien entendu un salaire différent.
Voilà que cele peut sembler normal, sauf que , ces deux types d’enseignants oeuvrent dans des établissements identiques (collège, lycée , établissements de formation de cadres) , avec des responsabilités identiques. Y comprenez vous quelque chose ? n’est ce pas une
exploitation inadmissible des agents de l’Etat ? un manque de respect et le manquement au principe de l’Egalité ? ( notons toutefois que les Maîtres d’E.P.S. n’auront plus que 20 heures d’enseignement aprés 1968 et que dés 1963 , grâce à l’action de leur syndicat il pourront accéder au titre de  » Chargé d’Enseignement d’ EPS  » d’abord sur concours , puis à l’ancienneté……mais toujours responsabilités identiques
et salaires différents.
Dans les Lycées un des enseignants EPS était désigné  » coordonnateur  » et percevait 2 heures supplémentaires….Professeur ou Maître pouvait être coordonnateur , mais les taux des heures supplémentaires étaient différents ….pourquoi ?

j’ai , en ce qui me concerne , enseigné pendant 19 ans dans un centre Régional d’ Education Physique et Sportive ( CREPS ) et formé
plusieurs générations de Professeurs d’EPS ,puis dans des postes de responsabilités tant dans une direction départementale que Régionale de la Jeunesse et des Sports , puis dans une Fédération Sportive .J’ai sans cesse fait des expèriences et recherches
pédagogiques et fait de nombreuses publications ( cf. articles 13 et 21 , article 36 )…..j’ai participé à une Commission Technique et Pédagogique Nationale mise en place par le Ministère Jeunesse et Sports…..tout cela en étant de 1945 à 1963 rémunéré comme
Maître d’E.P.S. ,puis Comme Chargé d’ Enseignement ( sur concours) jusqu’en 1982 date à laquelle je passais Professeur d’E.P.S…
(professeur certifié ) .En 1960 j’avais passé le 1° et le 2° degré de Conseiller Sportif ( concours ) sans incidences sur ma rémunération.

Etant enseignants au CREPS j’ai lutté sur le plan syndical afin que ceux qui enseignaient dans les CREPS aient une reconnaissance
de leur Ministère eu égard à leurs responsabilités et aux contraintes de ce type d’enseignement….j’ai été un des responsables de cette
action….et nous avons obtenu 5 heures supplémentaires hebdomadaires …..OUI,MAIS AVEC UN TAUX DIFFERENT selon que l’on était Professeur , Maître ou Chargé d’enseignement ….L’administration n’a jamais accepté que cette indemnisation soit la même pour tous les enseignants des CREPS !!!!!

J’ai donc comme beaucoup d’autres subi injustice …..responsabilités indentique mais rémunération différente…..;et regard différent de l’Administration.

Il y a plus…..Mâitre EPS, agent de l’Etat catégorie B , Professeur catégorie A …..les uns voyagent en 2° classe , les autres en
1° classe lors de déplacements professionnels et une indemnisation différente pour les repas et nuits passés à l’extèrieur. Je me souviens que dirigeant des stages de formation continue pour mes collègues….. je devais rembourses les uns et les autres sur des taux différents et que même quant l’ensemble des Collègues me demandaient de rembourses tout le monde sur le même taux , cela m’était
impossible , les Intendants des Etablissement reçevant ces stages( qu’ils soient régionaux ou nationaux ) ne pouvant déroger à la
sacro-sainte règle administrative …..même lorsque les crédits venaient d’un organisme privé.

Je sais que , enccore , les rouages de l’Etat maintiennent cette différence entre certains de leurs agents qui ont des responsabilités
identiques ( locales , départementales, régionales ou nationales )…….et que l’EGALITE est un vain mot dans notre REPUBLIQUE !!!!!

Me concernant je ne me plains pas de cet état de fait vécu , car j’ai toute ma carrière , eu la chance d’enseigner dans des postes
de responsabilités dans lesquels j’ai pu m’exprimer , expérimenter , rechercher….sans que personne ne m’en empêche……Sans doute , j’ai du souvent faire preuve d’indépendance et me  » moquer  » des Inspecteurs Généraux ….( ne pas en faire cas )….j’en ai renconté aussi de compétents qui savaient laisser à ceux qui voulaient avancer,innover la liberté nécessaire . Je les en remercie ….et j’ajoute
que si j’avais à recommencer ma carrière dans des conditions indentiques , je le ferai volontiers.



Les Ancêtres…….
19 février, 2009, 16:34
Classé dans : Non classé

De plus en plus les archives municipales sont utilisées pour rechercher qui étaient ceux de la famille qui nous ont précédés.
A la retraite,je n’y ai pas échappé ….;et j’ai eu de la chance concernant ma famille paternelle.. A La Teste de Buch , la ville a conservé
les actes d’état civil depuis le moyen âge. dés lors j’ai pu remonter par ma Grand Mère maternelle sur 12 générations.
De son côté, on trouve des agriculteurs , des journaliers, des vacher , des tonneliers, des marins……ma grand Mère paternelle a terminé ostréicultrice….  » parqueur  » disait – on à son époque.
Du côté de mon grand Père paternel, on était résinier….lui aussi a terminé ostréiculteur. Le mètier n’était pas aussi facile que
maintenant. On allait aux  » parcs  » à l’aviron avec une pinasotte…à la voile quant le vent le permettait ( force et direction du vent )….pour se protéger des rhumatismes on portait des pantalons de flanelle rouge , c’est que l’eau est froide l’hiver !!!!
Aorés le  » parc  » le grand Père qui avait acheté une pinasse à moteur fit de la promenade pour les estivants, sur le bassin d’Arcachon . du
 » promène couillons  » disait il.
Enfant , je n’ai pas connu cette époque de mes Grands Parents paternels…..mais un Grand Père qui allait faire du bois de chauffage,pour ses besoins,ceux de la famille de son Fils ( mon Père ) il faisait aussi quelques travaux de menuiserie, de charpente……
Mon Père lui, a fait une double carrière….Aprés un apprentissage de mécanicien , Militaire dans l’aviation….mécanicien, puis aprés une retraite proportionnelle, Contrôleur des Contributions indirectes.

Du côte de ma mère , le niveau social n’était pas plus élevé.
Ma grand Mère maternelle était domestique….dés l’âge de 7 ans ….il lui fallait monter sur une chaise pour faire le lit de sa patronne.
Mais une bonne patronne qui lui a appris à lire et à écrire !!!! Adulte elle a travaillé dans une fabrique de bouchons de liège ,puis comme cuisinière enfin comme bonne de Mr le Curé de Cazaux. Pendant la guerre 14/18 elle s’occupait de soldats blessés au front,
dans une Equipe médicale de sa ville.

Mon Grand Père Maternel était maçon et son Père  » scieur de long « .Je ne l’ai jamais vu travailler, car il avait perdu un bras
dans un accident de travail.Il s’occupait du jardin.Il avait fait la guerre de 14/18 avait combattu à verdun.

Ma Mère , jeune a travaillé dans une fabrique de bouchons de liège, puis aprés son mariage comme serveuse dans une épicerieà La Teste de buch … le mari était sabotier , en face de l’épicerie .
Par la suite elle a élevè ses 7 enfants…..un beau métier celui de Mère de famille.

Mes Parents ont eu 7 enfants: Deux sont devenus enseignants d’Education Physique et Sportive.
Un a fait de nombre métiers : menuisier, peintre , carrossier, peintre automobile.
Un menuisier a terminé dans la construction et l’entretien de bateaux en Suisse
Nous trouvons aussi un artisan plombier -sanitaire
La dernière de la famille ( 25 ans de moins que son aîné) est encore Contrôleur des Contributions Directes.
Ma soeur cadette , elle , a élevé ses 3 enfants puis ses 3 petites filles.

Tout cela a fait que je suis celui que je suis devenu, qui aime la nature , l’eau ….le jardinage,le bûcheronage ,la voile…..le travail
bien fait , avec conscience…..celui qui essaie de comprendre les autres ( même s’il n’y arrive pas toujours ) .
Celui qui partage ce que fut sa carrière professionnelle et associative , sa retraite avec vous.



La tempête et les souvenirs de jeunesse : le bûcheron !
11 février, 2009, 16:28
Classé dans : Non classé

La tempête de cette fin de janvier 2009 m’a permis de vérifier que nous sommes bien le fruit de notre histoire. Pourquoi ?
tout simplement que le grand cèdre bleu du jardin a été déracine par des vents de plus de 140 km heure et que j’ai du me transformer en « bûcheron » pour le débiter…..
Oui mais, quelle est la relation avec mon histoire ? simple….. enfant avec mon Grand Père et mpn `père , nous allions faire notre bois de chauffage au lieu dit  » les Courpeyres  » sur l’étang de Cazaux ‘ commune de La Teste de Buch. Sur cette commune les habitants bénéficiaient (et bénéficient encore) du privilège de pouvoir faire leur bois de chauffage dans la forêt usagère…..un privilège qui date de plusieurs siècles .
Donc, nous partions en canot à rames pour rejoindre  » les courpeyres « ;il nous fallait plus d’une heure d’avirons…..avec nous, le  » passe partout  » , la hache, la scie, la masse, les coins et bien entendu le  » casse croûte  » car nous partuons pour la journée…;j’oubliais il ne fallait pas oublier l’huile de vidange !
En effet , nous tirions notre bois des arbres ( pins maritimes ) que les tempêtes hivernales avaient déracinés et qui dit pin maritime dit résine…..au fur et à mesure du sciage au passe partout, l’engin s’échauffait , la résine fondait et rendait difficile le maniement de
l’outil sur lequel la résine collait….l’huile de vidange était la bienvenue pour que les allées et venues du  » passe partout  »
soient facilitées . J’avais entre 11 et 14 ans et ce sciage n’était pas facile , il fallait titer et pousser au bon moment et mon Père n »était pas toujours patient.
Le sciage , mon Père et mon Grand Père débitaient le bois de manière à ce que nous puissions le transporter , à bras d’homme jusqu’au canot . Les bords du lac étaient vaseux et habités de nombreuses sangsues qui profitaient de notre circuit de la plage au bateau pour se fixer sur nos mollets…..
Puis le bateau chargé à plat bord , il fallait rentrer à Cazaux en maniant les avirons.Le trajet était plus long qu’à l’aller…..et je me souviens qu’un jour, le vent s’est levé pendant le trajet de retour , avec un bon clapot….l’ eau commençait à rentrer à bord….il a donc
été nécessaire de jeter du bois à l’eau pour ne pas couler….je devais avoir 12 ans….imaginez ma révolte…tout ce travail pour rien !!!!

La tempête….il y en a toujours eu dans cette région. Je me souviens enfant m’être caché sous les draps pour ne pas entendre le sifflement du vent dans les pins…
un sifflement aigu qui faisait peur….je me souviens aussi des incendies de forêt….tous les hommes ( parfois aussi les femmes ) partaient pelle à la main pour tenter de cirsconscrire le feu et tapant sur les flammes en bordure de l’incendie….
je me souviens aussi des arrivées d’Afrique de gros criquets et du bruit infernal à l’aide de casseroles….nécessaire pour tenter de les faire fuir. Aujourd’hui il n’y a plus de ces vols de criquets , mais des tempêtes de vent et des incendies plus rares depuis qu’un
système de protection et de prévention a été mis en place.

Avec notre cèdre bleu fauché cette fin de janvier 2009 , le plus gros problème a été la destruction de la souche . Là encore je me suis revu enfant avec mon grand Père Luois, ancien résinier puis ostréiculteur.Nous allions en forêt pour arracher les souches de pins avec pivot.Si, le plus souvent les souches de pins n’ont que des racines superficielles (parfois trés longues…plusieurs mètres) certaines ont des racines pivotantes s’enfonçant dans le sable à 3 ou 4 mètres de profondeur .Cette racine pivot est gorgée de résine et permtait de faire un feu trés fort….ce qui plaisait à mon Grand Père qui l’hiver aimait que le dessus de la cuisinière prenne une couleur rouge .
Pour arracher ces souches,il fallait faire autour d’elles un grand trou et utiliser un outil spécial fait par mon ancêtre qui en servant de levier permettait d’arracher la souche,puis de la débiter à la hache.C’est ce que j’ai du faire pour ma grosse souche de cèdre….
l’expèrience acquise avec mon Grand Père m’ a bien servie.
Grand Père n’avait pas une retraite trés élevée, aussi il faisait quelques travaux pour gagner un peu d’argent supplémentaire , en particulier arracher des souches de bruyère ( nous disions des souches de brande ) en forêt , qu’il livrait pour faire du feu de cheminée ,
un excellent feu qui plaisait….il avait de nombreux clients. J’allais parfois l’aider;pour arracher ces souches,il fallait utiliser l’outil utilisé
pour les racines pivotantes.Mon grand Père faisait ses livraisons dans une charrette qu’il tirait avec son vélo.

Voilà, cette tempête récente en me rendant  » bûcheron  » m’a remis en mémoire de belles années de mon enfance , des souvenirs
anciens de plus de 70 ans qui peuplent encore mes rêves et me disent que je suis réellement le fruit de mon histoire ,qui ravivent l’affection etl’admiration que j’avais pour mon Grand Père Louis et pour mon Père .



Pourquoi cette pause dans le blog ?
10 février, 2009, 16:39
Classé dans : Non classé

Les effets de la tempête de fin janvier…..du travail nécessaire,plus de chauffage…..mais le retour aux habitudes
va venir…..avec un titre de départ  » la tempête et le retour aux sources de la jeunesse !!! « 


L'amour des tigres |
collectif-moita-verde |
citoyenprogressiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gratte-Ciel Info
| FCPE MAGNY LES HAMEAUX
| La relation créatrice